Fabrice Ondoa pointe du doigt les « pressions politiques » dans la FACAFOOT

Dans une récente interview, Fabrice Ondoa, le talentueux gardien de but d'origine camerounaise, a fait des révélations fracassantes concernant les pressions politiques subies par l'équipe nationale de football du Cameroun.

Fabrice Ondoa

Ces allégations font suite à des rumeurs persistantes de troubles internes au sein de l’équipe lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2023.

Des pressions politiques sur les choix de l’équipe nationale

Ondoa, qui compte 11 années de service au sein de l’équipe nationale, a pointé du doigt les « extrasportifs » qui ont sapé la cohésion de l’équipe lors la CAN 2023 en Côte d’Ivoire. Sans nommer directement les responsables, il a laissé entendre que ces pressions provenaient de hauts membres du gouvernement, mettant ainsi en lumière une interférence politique dans les affaires sportives. Ondoa a déclaré : 

« Il y a eu pas mal d’extrasportif qui ont entaché la cohésion (lors de la CAN 2023, ndlr). Nous, les leaders, nous aurons le temps d’en discuter en interne. Il y a eu beaucoup trop d’extrasportif. »

L’intégrité de la sélection nationale a été remise en question, Ondoa affirmant que des choix ont été imposés au coach contre sa volonté. Ces décisions, selon lui, n’étaient pas toujours prises dans l’intérêt de l’équipe mais plutôt sous l’influence de certains individus influents en politique. Il a ensuite ajouté :

« C’est au niveau des pressions externes et des choix qui ont été imposés au coach contre sa volonté. Avec la Fédération, tout est au top. Néanmoins, il faut savoir qu’il y a des pressions externes qui sont mises sur le président de la Fédération. »

“Le linge sale se lave en famille”

Une des révélations les plus surprenantes de l’interview a été la validation de la présence d’André Onana dans l’équipe nationale, un jour après les autres joueurs lors de la CAN, par une autorité politique plutôt que par la FECAFOOT. Il dit par la suite :

« Ce n’est pas opportun d’en parler en externe. Nous allons en discuter tous ensemble car nous avons un groupe extraordinaire et il faut que tout soit sain autour de cette équipe. Il faut que tout le monde puisse travailler tranquillement et sans pression. Le linge sale se lave en famille et nous allons le faire. »

Ces déclarations viennent soulever des questions cruciales sur l’indépendance et l’intégrité du football camerounais. Si le sport devrait être un terrain neutre, ces allégations laissent entrevoir une influence politique nocive qui pourrait compromettre le succès de l’équipe nationale.

Avatar de Alain Tchedje
Alain, rédacteur pour Purejapap, se spécialise dans l’univers people, l'actu cinéma et série TV, Sport et la scène musicale. Sa plume acérée capte les dernières tendances et les scoops des célébrités, offrant un contenu engageant pour un public averti.