Attrape-rêve : Un symbole ancien, magique et spirituel

eacfdeeddcabcecf html f

L’attrape-rêves, également connu sous le nom de carillon éolien indien, est un objet aux origines anciennes que l’on peut souvent voir accroché à l’intérieur des maisons et des jardins.

Il est apparu dans l’histoire de cultures chamaniques et amérindiennes lointaines, en particulier parmi les tribus Cheyenne, Lakota et Ojibwe.

Selon Cheyenne et Lakota, l’attrape-rêves était considéré comme sacré et était à l’origine placé devant les tentes pour communiquer, à travers des formes, des couleurs et des tissages distinctifs, le métier de ceux qui y vivaient.

En explorant des légendes mystérieuses, nous découvrons que cet outil particulier servait à dissoudre les énergies négatives, à favoriser la croissance spirituelle des gens et à protéger non seulement les rêves positifs, mais toutes les sphères d’existence et les états de conscience.

Les Indiens d’Amérique considéraient déjà le moment précédant le sommeil comme une phase délicate qui nécessite que l’être humain fasse confiance, se sente protégé, plonge dans l’inconnu, lâche prise sur l’inconnu.

Avec sa forme symbolique, l’attrape-rêves réalisait donc une action d’orientation, de protection, de soutien et de réconfort, il accompagnait les personnes tout au long de la nuit et des précieux enseignements qu’elle peut donner.

Aujourd’hui encore, il est considéré comme une amulette spéciale, porteuse de force intérieure, de confiance, de joie et de sagesse.

L’ancienne légende de la femme araignée

L’une des nombreuses histoires entourant l’aura mystique et énigmatique de l’attrape-rêves est le conte de fées de la Femme-Araignée.

Selon l’ancienne culture Ojibwe, la Femme-Araignée surveillait la vie des gens avec douceur et attention, regardant par les fenêtres et entrant dans les maisons, avec une prédilection particulière pour les berceaux et les chambres des nouveau-nés.

Cette créature fabuleuse et douce tissait alors de grandes toiles fines capables de capturer le mal pendant la nuit et de le faire disparaître aux premières lueurs du crépuscule.

Inspirées par les nobles tâches de la Femme-Araignée, les mères et grands-mères de la tribu Ojibwe ont ainsi créé des attrape-rêves pour protéger les enfants d’éventuels inconforts, cauchemars et pensées négatives.

Comment fabriquer un attrape-rêves ?

L’attrape-rêves est réalisé avec des matériaux issus du règne naturel (bois, branches, feuilles, plumes, pierres, graines, cristaux, coquillages…). C’est pourquoi sa création est très simple, vous pouvez retrouver de nombreux éléments en vous promenant dans la nature !

Il se compose généralement de :

Un cercle extérieur en bois tendre, fin et flexible (généralement du saule, du bouleau ou du frêne) symbolisant l’éternité et les cycles de la vie ;

Un filet avec de fines broderies et des perles lumineuses qui retient les cauchemars pendant la nuit et les laisse ensuite disparaître à la lumière de l’aube ;

Au centre du réseau, on trouve souvent une perle un peu plus grosse, circulaire ou en forme de goutte ;

Enfin, plusieurs cordes décoratives avec des plumes sont attachées au cercle de bois, emblématique de l’air, du vol, de la légèreté et de la liberté.

Si des cristaux ou d’autres matériaux tintants sont également utilisés dans sa création, l’attrape-rêves imprègne l’air d’un son léger, délicat et vibrant qui peut procurer de précieuses sensations de bien-être.

Que symbolise l’attrape-rêves ?

L’attrape-rêves renferme une signification très intime et profonde. Offrir un attrape-rêves, en plus d’être un vœu de paix, c’est inspirer la personne à se libérer de la prison du dialogue interne répétitif pour élever les fréquences, embrasser les émotions positives et les nouvelles pensées bénéfiques.

Sa forme même suggère l’importance d’apprendre à se libérer de tout ce qui est négatif et douloureux pour se concentrer sur les choses positives qui nous arrivent au quotidien.

Même si nous ne nous en rendons pas toujours compte, il arrive chaque jour quelque chose pour lequel nous sommes reconnaissants.

Comme le dit Anthony Robbins, « Là où va la concentration, l’énergie coule » ou « Là où va l’attention, l’énergie coule » : c’est pourquoi il est si essentiel de prendre conscience de la direction que prend notre esprit à chaque instant.

Notre bonheur ici et maintenant, dans le moment présent, dépend souvent de ce choix, et les carillons de rêve indiens, avec leur profil évocateur et métaphorique, nous aident à nous en souvenir.

L’attrape-rêves nous encourage à nourrir une sensibilité profonde, à alléger l’esprit et à cultiver un état intérieur de calme, d’équilibre et de sérénité.

Si nous comprenons plutôt les rêves comme des désirs, des aspirations, des objectifs, l’attrape-rêves nous aide à maintenir vivant un sentiment d’espoir et à croire en la vérité et la beauté de nos rêves, sachant qu’ils ne sont pas là par hasard, ils font partie de notre essence, ils nous ont choisis pour nous manifester dans la réalité physique.

On dit aussi que suspendre un attrape-rêves près du lit peut nous aider à établir un meilleur contact avec l’inconscient et le monde des rêves.

Avatar de Laura Francine
Laura Francine, rédactrice chez Purejapap, se spécialise dans les sujets liés aux défis psychologiques. Elle rédige des articles pour aider les lecteurs à surmonter ces obstacles, offrant des conseils pratiques et des perspectives positives pour éclairer et inspirer ceux qui cherchent à s'améliorer.